Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 10:34

Ce n'est pas le temps qui passe, mais toi. (Meilleurs vœux de décès)

 

L'écriture comme la magie peut être blanche ou noire. J'ai choisi (?) celle qui dérange plutôt que celle qui fait du bien. (Je n'aime pas les écrivains blanchâtres)

 

Me perdre dans ma bibliothèque et retrouver des livres oubliés (joie).

 

J'écoute « Le voyage d'hiver » de Schubert interprété par Dietrich Fisher-Dieskau sur ma platine vinyle (La voix de son maître) qui date de 1827 et je regarde la neige qui tombe dehors sur soixante années de vie givrée... (le 15 de ce mois)

 

Parfois il neige dans ma mémoire

Il neige du sel sur ma langue

Quand je crie la nuit.

Paola Pigani (La renouée aux oiseaux)

 

Petit conte moral :

Tu as des problèmes de propriétaire

J'ai des soucis de locataire.

 

Non, je n'ai pas les mains sales

La preuve, j'ai fait de la peinture.

Anne Sylvestre

 

  • Ecoutez-moi, jeune homme, ne vous précipitez pas, le temps est plus long que la vie.

Leonardo Padura « Le Palmier et l'Etoile »

 

Chez les Grecs, il y avait des oracles travaillant sur les rêves auxquels des malades en quête de guérison avaient coutume de rendre visite. Le malade allait au temple d'Apollon ou d'Esculape, là il était soumis à divers cérémonials, baigné, frictionné, enfumé, et ainsi placé dans un état d'exaltation, on le couchait dans le temple sur la peau d'un bélier sacrifié, il s'endormait et rêvait de moyens curatifs qui lui étaient montrés, soit sous forme naturelle, soit dans des symboles et images que les prêtres interprétaient ensuite.

Sigmund Freud « L'interprétation du rêve » (note ajoutée en 1914 dans la partie « La littérature scientifique sur les problèmes du rêve »)

 

Mon prochain livre traitera de la paternité impossible si le mégalovirus et notre Roi-Président me permettent de revenir voir mes libraires préférés à partir de février ou mars sinon il restera sous forme de tapuscrit...

Une question effrayante d'Hisham Matar qui sera dans le livre et qui m'obsède : Est-ce possible d'être un homme sans devenir son propre père ? »

 

Et pour inaugurer cette nouvelle année, cette pensée de mon ami Joubert qui date d'Août 1800 et qui s'adresse cruellement à nous :

« Tous ces mots, cet appareil, cette méthode et ces raisonnements qui nous font espérer des idées et nous trompent : rien n'est plus propre à nous fatiguer. »

 

Jean Lenturlu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bienvenue

  • : Le blog de Jean Lenturlu
  • : Journal mensuel du noteur (et chanteur) Jean Lenturlu
  • Contact

Jean Lenturlu

  • Jean Lenturlu

Concerts

 

 

 

Retrouvez les livres et les chansons de Jean Lenturlu sur www.mapetitedistribution.com

 

 

Recherche

Rubriques