Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2021 5 07 /05 /mai /2021 14:26

Dans le documentaire de Laurence Thiriat sur le « Catalogue Goering » et la spoliation par les nazis des œuvres d'art que possédaient certaines familles juives, cette phrase de François Mauriac en épitaphe de ce film : « Le sang des martyrs a fini par étouffer les bourreaux ».

 

5200, c'est, en tonnes, la masse des poussières extra-terrestres qui tombent chaque année sur Terre, selon une estimation de chercheurs français. . Ils ont, au cours de six expéditions, menées près de la station Concordia, au cœur de l'Antarctique, collecté des micrométéorites provenant de comètes (80%) ou d'astéroïdes. Ces poussières, allant de quelques dixièmes à quelques centièmes de millimètres, peuvent donner naissance au phénomène d'étoiles filantes en traversant l'atmosphère.

Elles ont aussi joué un rôle dans l'apport de matière carbonée et d'eau aux premiers âges de la Terre. (...) La masse de ces micrométéorites est bien supérieure à celle des météorites plus grosses, dont une dizaine de tonnes s'abattent sur Terre chaque année.

Article anonyme dans le journal Le Monde (avril 2021)

 

Notre époque a la nostalgie de la certitude.

 

Chez Plon, on disait ces jours-ci, que la bicyclette tuait la vente des livres, d'abord avec le prix d'achat de la manivelle, puis avec la prise de temps, que cette équitation obtient des gens, et qui ne leur laisse plus d'heures pour lire.

Edmond de Goncourt « Journal » (Dimanche 3 décembre 1893)

 

Charles et Tessy, 3 ans, une définition rapide des genres masculin et féminin :

  • Charles : Je suis un super héros !

  • Tessy : Je suis un papillon !

 

 

Question fondamentale :

Y'a-t-il une vie avant la mort ?

 

Plus d'une fois, Dany proposa aussi de venir me seconder auprès d'Ana, mais je refusai son offre, car parmi les rares choses qui ne font qu'augmenter si on les partage, il y a la douleur et la misère.

Leonardo Padura « L'homme qui aimait les chiens »

 

Le porte-parole des Yanomami, le chaman Davi Kopenawa, appelle les occidentaux « le peuple de la marchandise ».

 

Nous avons tous un père fantomatique dans la pénombre de notre existence.

 

L'essentiel, c'est de mourir au dernier moment. (Louis Ferdinand Céline)

 

Et pour finir ce mois de mai et faire ce qu'il me plaît, cette pensée de mon ami Malcom de Chazal :

Chaque oiseau a la couleur de son cri.

 

Jean Lenturlu

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bienvenue

  • : Le blog de Jean Lenturlu
  • : Journal mensuel du noteur (et chanteur) Jean Lenturlu
  • Contact

Jean Lenturlu

  • Jean Lenturlu

Concerts

 

 

 

Retrouvez les livres et les chansons de Jean Lenturlu sur www.mapetitedistribution.com

 

 

Recherche

Rubriques