Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 08:51

C'est mon cœur pas grand chose

Ramassez-le donc

Guillaume Apollinaire « Poèmes à Lou » (Les attentives)

 

Gabin me fascinait. Il n'y avait pas de différence entre lui et les personnages qu'il interprétait. Dans un bistrot de Deauville, un soir, je lui parlais de l'instabilité du métier d'acteur. A sa façon, il me balance une de ses phrases qu'Audiard a su retenir : « Regarde ta fiole, quand t'auras les pailles blanches, tu plairas encore aux gonzesses. Te magne pas la devanture et laisse couler l'Orénoque. »

Jean-Paul Belmondo (Hommage à JP B. après sa mort) Paris Match Jeudi 9 septembre 2021

 

Ce matin, au marché de Billom, François-Noël Martin qui invente le concept de « blague cervicale » en opposition aux vannes en dessous de la ceinture...

 

Mère UBU : Eh ! Nos invités sont bien en retard.

Père UBU : Oui, de par ma chandelle verte. Je crève de faim. Mère UBU, tu es bien laide aujourd'hui. Est-ce parce que nous avons du monde ?

Mère UBU, haussant les épaules : Merdre.

Alfred Jarry « UBU roi »

 

A Tournon sur Rhône, devant la librairie « Au détour des mots », une dame, après avoir écouté les explications sur ma démarche artistique, qui me dit : « Vous pratiquez l'économie solitaire ».

 

Voir deux érudits parlant ensemble d'un livre qu'ils n'ont pas lu est fascinant.

 

Je suis un intellectuel instinctif.

 

A Nevers, devant le bar, ce vendredi 1er octobre, à la fermeture, le patron un peu ivre qui nous étreint, Wilfrid et moi, en nous disant : « J'aime bien les enculés de l'amour. »

 

Deux inégalités sociales :

  • inégalité de patrimoine

  • inégalité de capital culturel

 

Un peuple n'est pas simplement une entité politique, comme on l'espérait autrefois. Les partis, les campagnes électorales organisées et les dirigeants sont la réalité, sinon la promesse des régimes électoraux (…). Les élections sont des rites, pour la fonction et pour la forme, et le choix des rôles est fort limité. C'est pourquoi les prétextes utilisés sont standardisés, et les conventions par lesquelles ils s'expriment sont tout aussi prévisibles. En général, les votants n'attendent pas grand-chose, et leur tolérance pour les excentricités et les écarts par rapport au scénario est faible.

Judith Nisse Shklar «  Let Us Not Be Hypocritical » traduit en exergue d'un chapitre de « L'invention de la politique » de Moses I. Finley

 

Ecrire c'est tenter de savoir ce qu'on écrirait si on écrivait, d'après Marguerite Duras, qui passe de l'infinitif au conditionnel puis à l'irréel, comme si elle sentait le sol se dérober sous ses pieds.

Irène Vallejo « L'Infini dans un roseau » (L'invention des livres dans l'Antiquité)

 

Et pour finir ce mois d'automne, cette pensée de mon ami Achille Chavée :

Aujourd'hui je suis étrangement calme comme si la beauté n'existait pas.

 

 

Jean Lenturlu

 

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2021 2 07 /09 /septembre /2021 09:47

La stupeur des bouches ouvertes et le sourire masqué.

 

J'ai peur de dépérir avant de mourir.

 

Je suis le voyant de la nuit.

Je suis le penseur du non-être et sa splendeur.

Je suis le père de la mort.

René Daumal

 

Dans « Impasse Verlaine » Dalie Farah écrit page 100 : « J'ai l'odorat esthète et la joie tenace. Je me dis pourtant que les fées sont souvent ivres et les anges dépressifs. »

 

Dans le documentaire « Gorbatchev, en aparté » de Mikhaïl Mansky réalisé en 2020, nous voyons un vieil homme qui mange, qui se déplace en déambulateur, qui se souvient de ce qu'il a été, un homme politique puissant et qui dit : « Le temps ne coule pas goutte à goutte mais à flots. »

 

« La liberté seulement pour les partisans du gouvernement, pour les membres d'un parti, aussi nombreux soient-ils, ce n'est pas la liberté. La liberté, c'est toujours la liberté de celui qui pense autrement. » Rosa Luxembourg

 

En littérature, on est encerclé de flaubertiens.

 

Fureur du Prince

Murmures du peuple.

 

Dans le très beau livre de Mathieu Lindon « Ce qu'aimer veut dire » cet extrait :

L'amour qu'un père fait peser sur son fils, le fils doit attendre que quelqu'un ait le pouvoir de le lui montrer autrement pour qu'il puisse enfin saisir en quoi il consistait. Il faut du temps pour comprendre ce qu'aimer veut dire.

 

Ce samedi 28 août 2021 devant la librairie du Théâtre à Bourg-en-Bresse, cette vieille dame qui me demande : « Vous ne vendez pas des chaînes qu'on met au cou ? »

 

Dans un vieil interview sur France Culture, Jean Ferrat qui dit : « Certains jours, je chante comme un chanteur. »

 

Le visage humain ne ment jamais : c'est l'unique carte qui enregistre tous les territoires que nous avons habités.

Luis Sépulvéda « Journal d'un tueur sentimental »

 

Nous, les humains, vivons entre plus de 6 000 kilomètres de roches et environ 1 000 kilomètres d'air. Nos corps sont plus denses que l'air. Nous ne nous envolons pas. Nos corps sont moins denses que le sol. Nous ne nous y enfonçons pas.

Christophe Galfard « L'Univers à portée de main »

 

Et pour finir ce mois de rentrée scolaire, cette pensée de « Mathématiques appliquées...ou presque » de mon amie Chris Saulnier : « On ne dira jamais assez combien certains ensembles de lignes courbes peuvent briser les coeurs ».

Jean Lenturlu

Partager cet article
Repost0
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 16:21

Dans une des chroniques « A ma guise » de George Orwell (celle du 16 février 1945), cet extrait :

Lorsqu'on a demandé à un sage japonais « Quel est le plus avisé des animaux ? » il a répondu : « Celui que l'homme n'a pas encore découvert ».

 

Un autre extrait de chronique « La boîte à images », celle de Sorj Chalandon, dans le Canard Enchaîné du 7 juillet 2021 à propos du documentaire « Le rendez-vous » sur France 3 :

Beaucoup de corps ont été brisé par le travail. Et, lorsque le virus s'est invité au milieu de ce très beau film, il n'est plus resté que les yeux pour dire la détresse. Les masques ont recouvert les sourires, les lèvres closes, la stupeur des bouches ouvertes.

 

De quoi sont faites tant de petites merveilles ! Des vocables les plus simples, mais sentant le terroir, et qui, par leur emploi remarquable, leur valeur allusive, leurs arrangements exquis, prennent une sorte de rareté, pareils à ces liqueurs qui vieillissent délicieusement ou à ces sirops que la patience du temps bonifie derrière le noyer des armoires.

Raymond Gourdon « Introduction aux fables de Jean de La Fontaine (édition Nouvelle librairie de France 1958)

 

Il faut que je lui interdise de me pardonner.

 

Camille : Vite, Danton, nous n'avons pas de temps à perdre !

Danton : C'est plutôt le temps qui nous perd...

Georg Büchner « La mort de Danton »

 

C'est Christophe Colomb qui est parti et c'est moi qui suis revenu.

Edouard Glissant

 

Dans son recueil de pensées « Juste qu'on peut vivre » aux éditions Gros Textes, Cyril C. Sansot a cette belle définition de l'aphorisme :

pensée en jupe courte.

 

Relire Simone Weil comme cet extrait au début de son ouvrage « Réflexions sur les causes de la liberté et de l'oppression sociale » : La période présente est de celles où tout ce qui semble normalement constituer une raison de vivre s'évanouit, où l'on doit, sous peine de sombrer dans le désarroi ou l'inconscience, tout remettre en question.

 

Pourquoi s'arrêter sur une goutte d'eau ? Regardons l'océan !

Louise Michel « Mémoires »

 

Au pays de la mort

aurais-je des remords ?

 

J'ai déjà la nostalgie de ce que je suis.

 

Trouvé par hasard à la Tour des livres de Billom il y a quelques semaines, un ouvrage de pensées de Ramon Gomez de la Serna qui s'appellent en espagnol « Greguerias » dont celle-ci  : Le pire, chez les médecins, c'est qu'ils nous regardent comme si vous étiez quelqu'un d'autre.

 

Et pour finir ce mois propre aux congés payées, cette pensée de Manuel Daull :

J'aime bien, remplacer le verbe traverser, par celui de déchirer, quand il s'agit de parler de la nuit qui est la mienne.

Jean Lenturlu

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 12:54

Il y a tant de raisons d'écrire, outre celle de publier. Par exemple exalter la conscience, l'attention ; tracer un chemin ; son chemin ; détruire ; croître. Et tout se ramène à une certaine forme de vie, qui est l'œuvre par excellence, et dont, peut-être, la chose écrite se détacherait plus naturellement et moins perceptiblement s'il était admis qu'en effet la vie soit l'œuvre. Cette opinion est d'ailleurs démodée, tout athénienne qu'elle soit.

Catherine Pozzi (Lettre à Jean Paulhan le 10 juin 1931)

 

Dans la nuit du 16 au 17 juin, à LP, la petite M. vient me voir parce qu'elle a fait un cauchemar. Elle me demande : « Comment on fait pour faire des rêves ? »

 

Ce qui nous arrive possède une telle avance que nous ne pouvons jamais le rejoindre et connaître sa véritable apparence.

Rainer Maria Rilke (trouvé dans le livre de Sophie Calle « Des histoires vraies »)

 

À la librairie « Le bateau Livre » à Cournon, cette dame qui me demande en regardant mes livres : «  Ce sont des livres pour les éléphants ? » Rire général ! Le titre de mon dernier livre a dû l'influencer et à cause de leurs couvertures colorées, beaucoup de lecteurs croient au premier abord que mes livres sont à destination de la jeunesse..

 

Dans la page « Carnet » du Monde du vendredi 25 juin 2021, ce texte sur le sommeil en exergue du faire part annonçant le décès du philosophe Robert Dumas qu'il a écrit dans un de ses ouvrages (du moins je le présume) :

« Le sommeil ne vient pas du dehors comme l'ombre d'une pièce. On s'endort par une décision que le corps ratifie. Dormir, c'est alors se retirer de ses actes pour se reposer dans l'âtre. Il n'y a pas d'épanouissement sans passer par le sommeil. Ainsi la nuit finit par me vaincre et chaque matin brille comme une promesse. »

 

Je réécoute en ce moment « l'Abécédaire » de Gilles Deleuze et j'en extrais ceci :

« Le vrai charme des gens, c'est le côté où ils perdent les pédales, c'est le côté où ils ne savent plus bien où ils en sont. Cela ne veut pas dire qu'ils s'écroulent, au contraire, c'est des gens qui ne s'écroulent pas mais si tu saisis pas la petite racine ou le petit grain de la folie chez quelqu'un, tu peux pas l'aimer. »

 

Je lis (entre autres livres) « Terre d'ébène » d'Albert Londres qui est un saisissant (et effrayant) reportage sur les colonies françaises en Afrique dans les années 1920 et j'extrais ce témoignage d'un chef de chantier des coupeurs de bois des forêts de la Côte d'Ivoire :

J'ai toujours la trique à la main. On ne connaît pas deux façons de travailler ici. C'est dommage. Mais je les soigne. Je ne les vole pas sur leurs rations. Ils savent que je suis juste si je suis dur. Pas un ne m'en veut. Ils sont même rares ceux de chez moi qui ne finissent pas leur contrat. Je suis celui qui fait le moins de morts dans la région. Que voulez-vous, pénible à dire, mais la machine ne peut remplacer le nègre. Il faudrait être millionnaire. Le moteur à bananes, il n'y a rien de mieux. D'ailleurs, seul le nègre peut marcher dans le poto-poto.

Ce jeune homme était logique. Lui, était venu en Afrique pour faire du bois avec les moyens en vigueur. Il ne dépassait pas le règlement.

 

Et pour finir ce mois de juillet cette définition de mon ami Ambrose Bierce trouvée dans « Le Dictionnaire du Diable » :

Imagination : Entrepôt d'idées, dont le poète et le menteur sont copropriétaires.

 

Jean Lenturlu

Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 17:15

 

À force d'entendre parler de moi, je meurs d'envie de me connaître.

Roland Topor « Journal in Time »

 

Pas de pauvres chez les Noirs. Ils pratiquent le vrai communisme. L'homme qui refuserait le couscous serait déshonoré. Aucun n'est jamais tombé d'inanition. Quand ils meurent de faim, c'est en masse, tous en chœur et dans une même famine. Pour eux, l'argent est sans valeur. Le mot économie est inconnu de leurs dialectes.

Albert Londres « Terre d'ébène »

 

À la Renaissance, pour rendre leur regard plus captivant, des femmes dilataient leurs pupilles en y instillant des gouttes à base de Belladone.

 

Le courage est souvent une solitude.

 

À 8h30, je me suis retrouvé dans une gare de grande banlieue. J'ai acheté ce dont j'avais besoin au kiosque à journaux. J'ai rédigé une déposition. Je l'ai empaquetée avec le Beretta. J'ai déposé le paquet à la consigne et j'ai posté le ticket dans une enveloppe adressée à moi-même. S'adresser des lettres à soi-même est un symptôme courant chez les schizophrènes et les détectives privés.

Jean-Patrick Manchette « Griffu » (BD avec au dessin Jacques Tardi)

 

 

Endormis et trahis

Ils refusaient à peine de voir

La nuit tomba plus lourde

Sur l'erreur de ce monde

Sans espoir sans désir

 

Il faut tendre la main

Comme cela fut fait déjà

Et savoir savoir cette fois

Si c'est pour mendier

Pour aimer pour tuer

 

Poème de Georges Hugnet dans la plaquette « Non vouloir »

avec des dessins de Pablo Picasso (avril 1941)

 

Et pour finir ce mois de juin, cet extrait du journal des frères Goncourt daté du jeudi 28 juin 1894 (c'est Edmond qui écrit car Jules est mort depuis le 20 juin 1870) :

Vraiment, il me semble que la femme a une peau d'été, qui a la lumière veloutée de la fleur, au moment où le rose met son rose tendre dans la verdure. Et cette remarque, ne l'avez-vous pas faite à Paris, par les beaux jours de juin, et ne trouvez-vous pas que, ces jours-là, le visage de la Parisienne éclaire l'ombre des rues ?

 

Jean Lenturlu

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2021 5 07 /05 /mai /2021 14:26

Dans le documentaire de Laurence Thiriat sur le « Catalogue Goering » et la spoliation par les nazis des œuvres d'art que possédaient certaines familles juives, cette phrase de François Mauriac en épitaphe de ce film : « Le sang des martyrs a fini par étouffer les bourreaux ».

 

5200, c'est, en tonnes, la masse des poussières extra-terrestres qui tombent chaque année sur Terre, selon une estimation de chercheurs français. . Ils ont, au cours de six expéditions, menées près de la station Concordia, au cœur de l'Antarctique, collecté des micrométéorites provenant de comètes (80%) ou d'astéroïdes. Ces poussières, allant de quelques dixièmes à quelques centièmes de millimètres, peuvent donner naissance au phénomène d'étoiles filantes en traversant l'atmosphère.

Elles ont aussi joué un rôle dans l'apport de matière carbonée et d'eau aux premiers âges de la Terre. (...) La masse de ces micrométéorites est bien supérieure à celle des météorites plus grosses, dont une dizaine de tonnes s'abattent sur Terre chaque année.

Article anonyme dans le journal Le Monde (avril 2021)

 

Notre époque a la nostalgie de la certitude.

 

Chez Plon, on disait ces jours-ci, que la bicyclette tuait la vente des livres, d'abord avec le prix d'achat de la manivelle, puis avec la prise de temps, que cette équitation obtient des gens, et qui ne leur laisse plus d'heures pour lire.

Edmond de Goncourt « Journal » (Dimanche 3 décembre 1893)

 

Charles et Tessy, 3 ans, une définition rapide des genres masculin et féminin :

  • Charles : Je suis un super héros !

  • Tessy : Je suis un papillon !

 

 

Question fondamentale :

Y'a-t-il une vie avant la mort ?

 

Plus d'une fois, Dany proposa aussi de venir me seconder auprès d'Ana, mais je refusai son offre, car parmi les rares choses qui ne font qu'augmenter si on les partage, il y a la douleur et la misère.

Leonardo Padura « L'homme qui aimait les chiens »

 

Le porte-parole des Yanomami, le chaman Davi Kopenawa, appelle les occidentaux « le peuple de la marchandise ».

 

Nous avons tous un père fantomatique dans la pénombre de notre existence.

 

L'essentiel, c'est de mourir au dernier moment. (Louis Ferdinand Céline)

 

Et pour finir ce mois de mai et faire ce qu'il me plaît, cette pensée de mon ami Malcom de Chazal :

Chaque oiseau a la couleur de son cri.

 

Jean Lenturlu

Partager cet article
Repost0
6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 19:04

Ces Tartares n'ont souci de savoir quel Dieu est adoré dans leurs territoires... Et faites ce que vous voudrez avec votre âme et Dieu, que vous soyez Juif, Païen, Sarrasin ou Chrétien habitant parmi les Tartares. Ils reconnaissent certes en Tartarie que Christ est Seigneur, mais disent qu'il est seigneur orgueilleux parce qu'il ne veut point aller avec les autres dieux, mais être Dieu par-dessus tous les autres du monde.

Marco Polo «  Le devisement du monde » (Le livre des merveilles)

 

Dans un entretien télévisé avec Claire Chazal, dans l'émission « Passage des Arts », Gérard Depardieu a dit ces mots étranges : « Mon père était dans le présent. Il était dans la mouche qui vole autour du papier qui colle. »

 

On pourrait répartir la philosophie personnelle des hommes du XX ème siècle en deux familles, celle de la loterie nationale et celle des horoscopes. Les uns mettent leur foi dans le hasard et la chance, les autres croient à l'immanence de leurs destinés, réglées par un tiers surnaturel, la nature ou les astres.

André Thirion « Révolutionnaires sans révolution »

 

Les derniers mots de Frida Kahlo dans son journal : « J'espère que la sortie sera joyeuse… et j'espère bien ne jamais revenir. »

 

Ce 3 avril, Tinou dit sévèrement à Michat : « Et la queue dans mon assiette, c'est un titre de film ? »

 

Ainsi, lorsque nous cheminons dans un paysage de campagne, nous pouvons le découvrir, avec un peu d'attention, d'un tout autre œil, en complétant éventuellement notre regard par l'information archéologique disponible sur la région. Ce chemin est peut-être parcouru depuis deux ou trois mille ans. Cette limite de champ a pu être tracée à l'époque romaine. Cette haie date du Moyen Âge. Le paysage est un musée vivant que nous parcourons, que nous habitons, et que nous pouvons ainsi comprendre et nous approprier cette terre.

Jean-Paul Demoule « On a retrouvé l'histoire de France » (Comment l'archéologie raconte notre passé)

 

  • Envoyez des hommes voir ce qui les amènent. S'ils ne finissent pas décapités, nous saurons que les Écossais sont disposés à négocier.

  • Je crois que je vais y aller moi-même. Je n'ai pas envie d'envoyer des hommes se faire trucider.

  • Voilà pourquoi vous ne serez jamais un chef, Aïdan.

Dialogue extrait de la série « The Last Kingdom » (épisode 2 – saison 4)

 

Et pour finir ce mois de la farce, cette pensée de mon ami Frédéric Nietzsche :

Les abîmes sont pour les hommes profonds.

 

Jean Lenturlu

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 09:58

Après quatre mois de vacance(s) dû au mégalovirus, j'ai recommencé les dédicaces en librairie. C'est comme si je retrouvais avec joie de vieux amis....

 

Les Tatars sont un des vecteurs de la peste noire de 1348. En effet, lors du siège de Caffa de 1346, Djanibeğ sur le point de l'emporter voit ses troupes décimées par cette maladie. Obligé de se retirer, il donne l'ordre de catapulter les corps de ses soldats morts de la peste dans la cité de Caffa. Les nefs génoises en provenance de Caffa firent escale en Sicile, à Naples, à  Gênes et à Marseille dont les habitants n'avaient pas d'anticorps contre cette nouvelle variante de la peste. L'épidémie qui débuta en 1348 emporta plus d'un tiers de la population de l'Europe occidentale en cent ans.

(Source Wikipédia article « Tatars »)

Ce prince mongol venait d'inventer la première arme bactériologique de l'histoire...(c'est moi qui rajoute cette remarque).

 

Dans le « Kaléidoscope » n°135 de Michel Bazin, trouvé cette pensée de Frédéric Lordon :

" Demander aux banquiers de faire un effort d'imagination pour régler le problème de la dette, c'est demander à une dinde d'inventer le tournebroche."

 

Dans la préface de l'oeuvre de Barbey d'Aurevilly, cette phrase de Philippe Sellier :

« Tout homme est un buisson ardent. »

 

Il était tellement timide qu'il n'osait pas se parler à lui-même.

 

« La souffrance est une chose terrible , Tao Gan. Parfois elle grandit les êtres, la plupart du temps, elle les dégrade. »

Robert Van Gulik « Le singe et le tigre » (Les enquêtes du juge Ti)

 

Je suis un éteignoir de femmes vives.

 

Ce croquemort sinistre qui me dit «  J'ai envie de m'étreindre ».

 

Trente ans que Serge Gainsbourg est mort (peut-être pour cette raison) : « Je connais mes limites. C'est pourquoi je vais au-delà. »

 

Dans le « Petit Dictionnaire des dieux égyptiens » d'Alain Blottière à la rubrique « Alexandre » :

Il semble que tous les mystères anciens d'Alexandre, tous les dieux de Grèce et d'Egypte prospérant dans une absolue liberté, toutes les icônes qu'on promenait dans les rues pour mieux les aimer, furent brisées en un seul jour par l'autorité d'un édit de l'empereur chrétien Théodose, à la fin du IVe siècle. Comme les autres temples des religions abolies, le mausolée d'Alexandre fut fermé, et bientôt détruit. Personne ne vit jamais plus son cercueil en verre ni son corps embaumé, disparus dans ce déicide au nom d'un seul dieu. »

 

Et pour finir ce mois qui annonce le printemps, cette pensée sentimentale de mon ami Henry Beyle :

« Une passion est la longue persévérance d'un désir ».

 

Jean Lenturlu

Partager cet article
Repost0
2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 15:31

Daudet raconte qu'à l'âge de douze ans, après une absence de chez lui – c'était, je crois, sa première frasque amoureuse – rentrant à la maison, la tête perdue, et s'attendant à une terrible raclée, la porte ouverte par sa mère, il lui venait soudainement l'inspiration de lui jeter : « Le pape est mort ! » Et devant l'annonce d'un tel malheur pour cette famille catholique son cas à lui, Daudet, était oublié. Le lendemain, il annonçait que le pape, qu'on avait cru mort, allait mieux, et grâce à cette mirobolante invention, il échappait à l'emportement et aux sévices du premier moment.

Journal des Goncourt (Jeudi 21 juillet 1887)

 

Grande amatrice de champagne, dont elle aurait dit, selon la légende, qu’il est « le seul vin qui laisse la femme belle après boire », la marquise de Pompadour favorisa sa consommation à Versailles. Mais le champagne avait été introduit à la cour sous la Régence. Une légende veut que la première coupe à champagne ait été moulée sur son sein.

(article Wikipédia)

 

Louise, ma fille, qui me demande en étendant le linge : As-tu un slip préféré ? Je lui réponds : « Non ». Elle : « Ta vie doit être morne ».

 

En ce moment, le club des offensés a beaucoup de membres. En antidote, cette maxime de Guy Bedos : « Le sérieux est le cholestérol de l'imaginaire ».

 

Ce n'est qu'à la Renaissance, moment du renouveau des études grecques, que la première édition de l'Iliade et de l'Odyssée est produite à Florence en 1448, grâce à un savant grec du nom de Démétrios Chalcondylas.

Hélène Monsacré « Le moment Homère » introduction à « Tout Homère » (édition Les belles lettres- Albin Michel)

 

Soit blessure, soit bonheur, il me prend parfois l'envie de m'abîmer.

Roland Barthes « Fragments d'un discours amoureux »

 

Le Bailli, qui n'avait jamais fait grand chose dans sa vie, disait toujours : « A quoi bon , on n'a le temps de rien. La vie est trop courte ! » Je lui dis : « Mais pourquoi vous êtes vous marié ? - Pour qu'elle paraisse plus longue ».

Paul Léautaud « Passe - Temps »

 

Aujourd'hui, comme j'ai le temps, je chie des pendules.

 

Dans la cité antique, l'armée était une milice de citoyens, qui n'existait en tant qu'armée qu'au moment où elle était mobilisée pour une action dirigée contre le monde extérieur.

Moses I. Finley « L'invention de la politique »

 

Elle avait des fragments d'éternité dans les yeux.

 

Et pour finir ce mois, une pensée de mon ami Francis Picabia : Les jours de pluie ressemblent aux vacances.

 

Jean Lenturlu

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 10:34

Ce n'est pas le temps qui passe, mais toi. (Meilleurs vœux de décès)

 

L'écriture comme la magie peut être blanche ou noire. J'ai choisi (?) celle qui dérange plutôt que celle qui fait du bien. (Je n'aime pas les écrivains blanchâtres)

 

Me perdre dans ma bibliothèque et retrouver des livres oubliés (joie).

 

J'écoute « Le voyage d'hiver » de Schubert interprété par Dietrich Fisher-Dieskau sur ma platine vinyle (La voix de son maître) qui date de 1827 et je regarde la neige qui tombe dehors sur soixante années de vie givrée... (le 15 de ce mois)

 

Parfois il neige dans ma mémoire

Il neige du sel sur ma langue

Quand je crie la nuit.

Paola Pigani (La renouée aux oiseaux)

 

Petit conte moral :

Tu as des problèmes de propriétaire

J'ai des soucis de locataire.

 

Non, je n'ai pas les mains sales

La preuve, j'ai fait de la peinture.

Anne Sylvestre

 

  • Ecoutez-moi, jeune homme, ne vous précipitez pas, le temps est plus long que la vie.

Leonardo Padura « Le Palmier et l'Etoile »

 

Chez les Grecs, il y avait des oracles travaillant sur les rêves auxquels des malades en quête de guérison avaient coutume de rendre visite. Le malade allait au temple d'Apollon ou d'Esculape, là il était soumis à divers cérémonials, baigné, frictionné, enfumé, et ainsi placé dans un état d'exaltation, on le couchait dans le temple sur la peau d'un bélier sacrifié, il s'endormait et rêvait de moyens curatifs qui lui étaient montrés, soit sous forme naturelle, soit dans des symboles et images que les prêtres interprétaient ensuite.

Sigmund Freud « L'interprétation du rêve » (note ajoutée en 1914 dans la partie « La littérature scientifique sur les problèmes du rêve »)

 

Mon prochain livre traitera de la paternité impossible si le mégalovirus et notre Roi-Président me permettent de revenir voir mes libraires préférés à partir de février ou mars sinon il restera sous forme de tapuscrit...

Une question effrayante d'Hisham Matar qui sera dans le livre et qui m'obsède : Est-ce possible d'être un homme sans devenir son propre père ? »

 

Et pour inaugurer cette nouvelle année, cette pensée de mon ami Joubert qui date d'Août 1800 et qui s'adresse cruellement à nous :

« Tous ces mots, cet appareil, cette méthode et ces raisonnements qui nous font espérer des idées et nous trompent : rien n'est plus propre à nous fatiguer. »

 

Jean Lenturlu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Bienvenue

  • : Le blog de Jean Lenturlu
  • : Journal mensuel du noteur (et chanteur) Jean Lenturlu
  • Contact

Jean Lenturlu

  • Jean Lenturlu

Concerts

 

 

 

Retrouvez les livres et les chansons de Jean Lenturlu sur www.mapetitedistribution.com

 

 

Recherche

Rubriques